dessin : Amandine Urruty

dimanche 22 avril 2018

Travail de nuit

Cette nuit, je tenais à moi seul une crêperie dans le quartier du Bouffay. Incroyablement nombreux, les clients se bousculaient dans l’entrée du restaurant, tous estimant nécessaire de préciser qu’ils venaient « pour le coup de feu ». Ensuite, mes amis, il fallait voir comme j’envoyais. De la Savoyarde, de la Forestière, de la Nordique, de la Nantaise, à une vitesse folle : les galettes se matérialisaient dans ma main et je n’avais qu’à les lancer, d’abord comme des disque-volants, puis plutôt comme des chapeaux. Ensuite on se mit à me faire des reproches. Apparemment, j’envoyais toujours la même galette. Seul le nom changeait.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire