dessin : Amandine Urruty

mardi 12 juin 2018

Souvenir cinématographique

Je me souviens que la boucle temporelle la plus troublante et la plus parfaite que j’ai pu voir au cinéma est celle de L’emmurée vivante de Lucio Fulci (1977). Je me souviens d’une immense sensation de vertige au sortir de la projection. Je me souviens que le processus narratif du film est fondamentalement inacceptable.

Encore une chose

Inutile de se cacher la vérité. Il est tout à fait possible que, d’une manière ou d’une autre, nous ayons toujours été là, que tout ait toujours été là.

mercredi 6 juin 2018

Mémoire

– Tu plaisantes, me dit-elle, tu ne peux pas te souvenir de tes deux ans et encore moins de ta naissance.
– Ça s’appelle la mémoire, lui dis-je.
Et elle me répond que mon cerveau ne peut contenir toute cette mémoire, que c’est impossible, oui ! absolument impossible !
(Comme si mon cerveau pouvait contenir la mémoire. Comme s’il contenait. Comme s’il ne faisait pas que capter. Comme s’il ne faisait pas que la capter, cette mémoire. Comme si la mémoire n’était pas l’information retrouvée, l’information partout autour de nous, l’information de ce qui est, de ce qui fut, de ce qui sera, partout autour de nous dans le vide qui n’est pas vide.)

mardi 5 juin 2018

Bus/abattoir

Je grimpe à bord du bus 84. Je demande au chauffeur s’il s’arrête bien à la station Félix Lemoine et le chauffeur me répond que non, il ne va pas dans cette direction. Je le remercie pour cette information tout en commençant à me diriger vers le fond du bus. Mais à peine ai-je fait trois pas que la voix du chauffeur derrière moi se fait entendre :
– Un instant, monsieur ! Vous ne portez pas la tenue réglementaire !
Je grimpe à bord du bus 23. En fait, c’est un abattoir. Odeur épouvantable. Les sièges et les vitres sont éclaboussés de sang.
– Ce n’est pas cohérent.
– Pardon ?
– Non vraiment ça ne tient pas. S’il y a du sang sur les vitres, on doit le voir de l’extérieur. Le narrateur aurait dû s’en apercevoir avant même de monter dans le bus. Donc non, ça ne tient pas.
– Il n’a pas fait attention. Il regardait ailleurs.
– Que regardait-il ?
– Il regardait ses pieds. Artalbur regarde souvent ses pieds.
– Il s’appelle Artalbur ?
– Oui.
– Comme par hasard.
Coiffé d’une charlotte et vêtu d’un tablier blanc, un obèse aux mains velues trucide à la perceuse une vache. Il y a beaucoup de vaches. La plupart sont déjà mortes. Il y a aussi quelques poules. Le chauffeur explique : 

Les vrais passagers sont les vaches mortes.